Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Diag immo - LDI

ANPE : objectif 5000 ODI !

7 Décembre 2007 , Rédigé par Yvan MARZOLF Publié dans #Du travail pour demain

C’est le chiffre du Week End, celui qui sans doute va vous faire sauter au plafond !
C’est la quote part des nouveaux ODI (Opérateurs de Diagnostics Immobilliers) attendus via l’ANPE.

D’où viennent ils ?
Il y a bien entendu, ceux issus des cellules de reclassements, de tous les secteurs de l’économie : Télécom, automobile et autres. Il y a aussi les chômeurs, de plus de 40 ans,    issus du bâtiment ou de l’immobilier, ou tout simplement cadres avec un peu de surface financière..

Enfin il y a les créateurs purs et durs, ceux qui via les CCI nous rejoignent  avec des projets plus ou moins pertinents.

-    Il y a six mois nous étions 30, aujourd’hui nous sommes 80 ! C’est ce que m’écrivait cette semaine une dame de l’ouest de la France (population de sa ville : 210.000 habitants).

Courage serait on tenté de dire !  En effet, pas besoin d’être sortie de Math Sup  pour faire un rapide calcul : 12 à 15000 ODI seront nécessaires, selon les pouvoirs publics, pour satisfaire convenablement une demande « boostée » par les nouveaux textes.  Une centaine de département en France, soit à la louche, 120 à 150 ODI par département, disons de 80 à 200 selon la densité de la population.

Poursuivons rapidement le raisonnement. C’est en gros 1 ODI par agence immobilière. Sachant, toujours à la louche, qu’avec Amiante, Plomb, carrez et DPE, il fallait  entre  15 et 20 agences pour permettre à un ODI de tenir à flot un petit cabinet.

Il ne reste plus aux pouvoirs publics qu’à augmenter dans la même proportion les obligations des propriétaires, pour garantir la pérennité des emplois fraîchement créés.

Avec la nouvelle règle d’indexation pour la fixation des hausses des loyers, la réduction des garanties, cautions et autres, c’est plus qu’un sale temps à prévoir pour les propriétaires….

Dans le même temps, le taux du livret A devrait se rapprocher de celui des assurances Vie (entre 3.5 et 3.8%). Bonjour la rentabilité pour ceux qui désirent investir dans la pierre…..

Du coup me direz-vous les prix à l’accession à la propriété pourrait bien baisser. Peut-être, si toutefois les accrocs de la brique, réalisent que le béton est de moins en moins un bon placement.

Pour relancer l’économie il faut que l’argent tourne. Alors la brique c’est bien, à condition de pouvoir faire travailler des ouvriers dedans. C’est,  après le passage des ODI, la suite logique du parcours du propriétaire demain.

Baisse du pouvoir d’achat oblige, les classes moyennes rament. Difficile d’avoir beaucoup de crédit lorsque l’on a que des fiches de payes pour caution. Mais avec de l’immobilier c’est plus facile…… Dès lors, les immeubles « de rapports » risquent fort de devenir des immeubles de « relance» du secteur bâtiment.

Et quand le bâtiment va tout va !
Tout cela est finalement d’une grande cohérence. En macro économie bien sûr…..

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Liberté 10/12/2007 21:39

Le marché des ventes est en forte baisse : moins 20 % en moyenne, certains secteurs ont des baisses beaucoup plus importantesDonc, actuellement malgré les contraintes de plus en plus importantes pour les propriétaires ou investisseurs  dans  la pierre, les ODI en place depuis plusieurs années et qui font un travail dans les clous,  suffisent et épongent largement le surplus des obligations du  marché, les ODI qui se lancent depuis quelques mois sont voués à l'échec …  sauf trésorerie exceptionnelleComme dans toute forme de société commerciale  c’est toujours le nerf essentiel

DUC 07/12/2007 15:27

Tout ceci est fort intéressant, mais il serait souhaitable, tout du moins pour ajouter à la clarté du texte s'il en est besoin, de bien vouloir traduire ODI. Que se cache t-il derrière ces abréviations dont la compréhention n'est pas certaine pour chacun, en tout cas, et je le dis humblement, pas pour moi.Bien cordialement et bravo pour votre blog.D A DUC

MYR 07/12/2007 11:30

Il devient urgent d'agir :Pétition : donc proposition de rédaction d'une lettre.Pour cela : il faut d'abord des chiffres officiels (nombre de transactions et nombre d'ODI), des preuves sur les intentions de l'ANPE.Puis diffusion dans toutes les directions (nos fédérations pour les reveiller, le gouvernement avec la DGUHC voire même plus haut, le ministère de l'emploi, la FNAIM et sa concurrente, les centres de formations et de certification, etc)

Titi La Fouine 07/12/2007 10:42

Debout les crabes... , la mer monte ... !