Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Diag immo - LDI

MARS UN MOIS RECORD !

1 Avril 2007 , Rédigé par Yvan MARZOLF Publié dans #LA VIE DE LA PROFESSION

Avec près de 3900 visiteurs  et presque 23.000 pages lues, mars 2007 vient confirmer votre intérêt pour ce Blog . Depuis Octobre 2006 et sa création, vous avez été plus de 7500 à venir au moins une fois me rendre visite.

C’est pour moi la plus belle récompense aux nombreuses heures que j’y consacre et je vous remercie tous pour votre fidélité.

Je réfléchi pour l’heure à la manière de le rendre encore plus convivial et participatif en  testant plusieurs formules…..

En avril ne nous découvrons pas d’un fil, mais gardons, si vous le voulez bien, ce fil ténu que constitue ce blog. 

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, il suffit d'indiquer votre adresse mail dans le cadre coté droit de votre écran,sous le nouveau Groupe de discussion à destination des nouveaux entrants que je lance en parallèle.
Vous pouvez aussi plus simplement le mettre dans vos favoris.

Quand à moi comme par le passé,  j’essaierai chaque jour de l’enrichir, pour vous aidez à y voir plus clair.

Avec tous mes remerciements pour vos bons nombreux messages de soutiens, suggestions, mots d’encouragement et articles que vous me proposez.

Yvan MARZOLF

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noandre 04/04/2007 08:34

Bien d’accord avec vous Monsieur HH, vous savez je n’ai pas attendu la création des expertises immobilières pour être en profession libérale, puisque je suis installé depuis 1991 après avoir été salarié pendant 11 ans dans un cabinet d’Architectes.
Non en vérité je me suis simplement fait l’avocat du diable par rapport à l’à priori exprimé par un de nos futurs examinateurs vis-à-vis des diagnostiqueurs et je dirai même vis-à-vis de la société en général…( voir son post plus haut ).
Ce n’est plus un scoop, je demande depuis le début la création d’un EXAMEN D’ETAT, neutre, juste et impartial, au lieu de « pompes à fric » organisées . Alors si en plus de la qualité d’examinateur, ceux-ci ont des velléités de « Karchérisation » systématique de la profession, je dis STOP !
Je propose d’ores et déjà la création d’un comité de recours en justice composé d’avocats spécialisés pour attaquer les abus flagrants de pouvoir de ces gens là.
En ce qui concerne les frais en général et justement la pérennité d’une entreprise j’ai bien évidement arrêté les expertises plomb depuis l’obligation formelle d’utiliser un appareil à 30.000 Euros, pas besoin de sortir de l’ENA pour se rendre compte que cet engin ne s’amortit jamais et là encore on fait une sélection par le fric…

Yvan MARZOLF 04/04/2007 10:08

Bonjour à vous,Je ne fais que passer....Je voudrai juste faire remarquer que l' Association Aster'X est en procédure "favorable " (on va dire)  et que ses membres se servent en toute légalité de leurs machines à tube pour faire des diag Plomb. Maintenant, si vous êtes toujours, vendeur de votre machine à tube , moi je suis preneur.........

HH 03/04/2007 23:16

Bonjour,

 

D'abord, je suis content de voir et de savoir que des techniciens existent chez les certificateurs, et que je n'aurai donc pas à faire qu'avec des commerciaux (voir "billet d'humeur à l'attention des certificateurs"). Par contre, je ne pense pas encore avoir été contacté par cet organisme car aucun ne m'a encore pour l'instant mise en avant cette prérogative. Je suis patient et toujours un peu naïf. Néanmoins, j'espère que le certificateur que vous avez choisi n'est pas l'un de ceux qui mon déjà contacté, car dans ce cas, à la lecture de leurs prospectus, il ne vous mérite pas. Ils ne mettent en avant ni votre expérience ni votre conscience professionnelle.

 

Concernant "les diagnostiqueurs marchands de chiffre d'affaire"
On se trompe de cible !!!
Vous dite M. NOANDRE qu'un diagnostiqueur à des frais.
OUI, suite à ses choix (franchise, salarié, formation continu, véhicule, …) et à l'évolution de la réglementation (analyseur plomb, resourcement de l'analyseur, certification, assurances, …). Ces éléments, le diagnostiqueur, qui est accessoirement, aussi un chef d'entreprise, est tenu les intégrer et de vivre avec ou d'arrêter son activité. Cet état de fait est commun à tous les chefs d'entreprise, dans toutes les professions.
Le problème est que pour des raisons que je ne comprend pas, chaque fois que des contraintes supplémentaires nous tombent dessus (au moins celles réglementaires), les prix de nos prestations restent stable, voir baisse. Chaque fois que le législateur nous en demande plus, nous nous faisons, nous les diagnostiqueurs un point d'honneur à dire aux clients ou aux prescripteurs "ne vous inquiétez pas, nous nous débrouillerons pour que le prix reste le même ou presque" -les syndics d'immeuble ne se sont pas gêné pour facturer au propriétaire la demande d'information relative au DPE en cas de chauffage collectif (jusqu'à 105 €) motif nouvelle réglementation, non comprise dans le contrat de base de la gestion de l'immeuble-

 

Et bien, NON je ne suis pas d'accord, ce n'est pas en faisant plus, moins bien et moins cher que nous irons mieux, mais en faisant mieux, automatiquement moins, mais au vrai coût.
Et oui, le législateur a mis des diagnostics en place, pour une multitude de bonnes raisons (la santé, la planète, la préservation de la valeur des biens, ….) qu'il en assume (le législateur c'est nous, nos clients et nos prescripteurs par le biais de nos choix politique) les conséquences et qu'il en paie le juste prix, prix qui lui assure une prestation complète, pertinente, exécuter dans les règles de l'art, conformément aux textes avec du matériel adéquate par du personnel compétent.
Bref, établissons nos tarifs en fonction du coût de nos prestations et arrêtons de les caler indéfiniment en dessous de ceux de nos concurrents néanmoins confrères. Mettons en avant le contenu de nos prestations et de nos obligations pour en justifier le prix.

 

Je suis entrepreneur autant que diagnostiqueur, et je suis passé par des moments difficiles, et je peux dire une chose, vu la taille de nos entreprises, ce n'est pas le chiffre d'affaire qui est important mais la marge. La marge est la valeur nos entreprises. Lorsque l'on commence à parler de chiffre d'affaire c'est parce que notre entreprise prend de l'ampleur ou bat de l'aile, que les frais décollent et que pour ne pas faire peur aux banquiers il faut des mouvements sur le compte. A partir de là deux solutions, continuer à grandir vite et pouvoir avoir une trésorerie important pour pouvoir en tirer des intérêts pour compenser le manque de marge, ou de revenir en arrière et gérer des bénéfices au détriment du chiffre.
Aujourd'hui, il faut être réaliste, il existe trois types de structure, les grandes qui ont la possibilité de raisonner en chiffre d'affaire, les petites qui gèrent raisonnablement leur marge et les petites voir moyenne qui raisonnent au chiffre d'affaire ou il y aura des dégâts à moyen terme. Je fais le choix de rester petit et je crois que j'ai ma place, mais j'ai conscience que mes tarif ne seront plus jamais les même que les gros ou les pseudo gros, et  que mes clients viennent chez moi pour autre chose que mon tarif. C'est marrant dernièrement, mon boucher de quartier avait la même analyse que moi et si je vais cher lui c'est pas parce qu'il est moins cher.  

 

Merci de m'avoir lu, et bon courage aux Techniciens sérieux et honnêtes

 

Au fait, j'ai vu que pour "OPTIMIZER" mes chances de pouvoir espérer un jour être certifié, il va falloir choisir un "COACH", et oui, on vient de me rappeler qu'aujourd'hui j'exerce mon métier mais que je ne sait pas de quoi je parle….

 

Salutations
HH

chiapello 03/04/2007 10:58

Une adresse à visiter, concernant les pré-requis pour être, entre autre, examinateur;
www.opqcm.org/pouractu/texteactu.htm
Il faut noter que si l'on appartient pas à une profession réglementée, la qualité d'expert judiciaire ne suffit pas pour signer des actes sous seing privé pour autrui, et donc pour être examinateur pour le compte d'un organisme de certification, il faut en plus être qualifié par l'OPQCM ou l'OPQIBI.

Noandre 03/04/2007 09:12

Par contre ce qui m'inquiète dans votre propos après réflexion, c'est votre vision des professionnels que vous allez examiner, avec cet à priori de "faiseurs d'argent vite fait"...et là, je pense que ça va grincer des dents, très franchement et bien que je ne sente pas dans cette catégorie d'individu, j'aimerais mieux néanmoins ne pas "tomber" sur vous lors des épreuves de certification...!

Noandre 02/04/2007 17:28

Merci Monsieur pour votre contribution et respect par rapport à votre cursus et votre compétence indéniable.
Ceci dit vous affirmez que les diagnostiqueurs sont devenus des marchands de chiffre d’affaire, mais il faut se demander pourquoi et à qui la faute aussi ! Comment voulez-vous vous en tirer financièrement avec l’obligation légale d’utiliser un analyseur de plomb à 30.000 € HT ? il faut faire combien d’expertises à votre avis pour rembourser cet appareil garanti 2 ans ?
Comment financez-vous 4000 € HT de frais de certifications ? ( je me demande d’ailleurs comment font les employeurs avec leurs diagnostiqueurs salariés, au fait ils sont virés manu-militari en cas d’échec ? )
Comment financez-vous les droits d’entrée de 15.000 € si vous voulez faire parti d’une franchise ?
Comment financez-vous le loyer de votre local, les assurances, les abonnements, la taxe professionnelle, le véhicule, etc…etc…
 Et tout ça avant même d’avoir empoché 1 € ???
J’attends votre décompte du nombre d’expertises et du tarif correspondant pour que vous me démontriez que le métier de diagnostiqueur est merveilleusement porteur d’avenir…
 A vous… J