Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Diag immo - LDI

Une journée de M..isères.....

16 Avril 2007 , Rédigé par Yvan MARZOLF Publié dans #LA VIE DE LA PROFESSION

Y a des jours comme comme ça.....

7H45 mon ami Phil , Notaire de son Etat m'appelle , une vente à signer à14h ,manque le DPE .....Il faut que je regarde avec l'agence pour qu'e l'on  me donne le télephone du locataire, vu que le propriétaire n' à put  prévenir le locataire avant et qu'il n'a pas les clefs  .... Vous connaissez je pense......

Au bout d'une heure RDV est fixé, 20 minutes en voiture, ça va .....Sauf que la locataire, elle, en a assez de voir passer des gens chez elle et que le dernier qui est venu faire l'amiante , à moins que ce ne soit le géomêtre, elle ne sais plus trop..... Bref , "Lui", il était venu avec une heure de retard , elle s'en souvient bien à cause de son RDV chez coiffeur  .....il ne pouvait plus lui faire les mêches.....Le prochain c'était clair dans sa tête qu'elle le ferait attendre.........

Du coup il prêt de 10h30 quand je commence à bosser..... Etant donné que je suis bavard, je rentre pile poil à midi trente pour déjeuner. Je retourne au bureau fait mon DPE file chez le notaire et lui dépose le truc (j'ai du mal encore à dire "Diagnostic" quand je pense au DPE). Il est pile 16HOO quand je lui présente ma facture: 160.00 euros TTC (je ne commissione pas mon ami ). .......Soit 26.67 de l'heure (à ne pas confondre avec un salaire...... )

Ce dernier m'apprends alors qu'aux dernières nouvelles, coté acheteur , ça coince avec la banque, du coup la vente est reportée.......Inutile de vous dire que c'est pas demain que je serai payé.

La semaine commence gentillement me suis je dis.........

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Noandre 22/04/2007 10:26

Lu et approuvé, Monsieur, venez nous rejoindre sur le forum !

olivier verhaeghe 17/04/2007 01:12

Personnellement, pour le DPE je suis à 179,40 ttc (150 ht) et pour l’amiante d’une maison quelle qu’elle soit à 290 ttc (ce ne sont pas les plus petites qui sont les plus simples). Pour le travail fourni, je pense être encore entre 20 et 30% en dessous du prix « confort ».

 

Le problème des logements loués n’est pas toujours facile à régler dans les délais qui nous sont accordés. Nous nous retrouvons souvent au centre d’un conflit qui oppose propriétaire et locataire. C’est le moment de sortir sa casquette de « psy », dans un premier temps, puis si c’est insuffisant de faire preuve d’autorité, quitte à menacer un locataire trop « fuyant » de lui facturer des honoraires de déplacement s’il est absent au(x) rendez-vous.

 

Je profite de cette occasion pour préciser que – dans la mesure où nous exerçons une activité d’expert et non de diagnostiqueurs ou d’ « opérateur de repérage », il ne faut pas laisser discuter ou contester notre autorité. Ce point me parait fondamental et si cette règle de base était suivie par chacun d’entre nous, nous ne serions pas victimes de quantité de turpitudes provenant des uns et des autres : propriétaires, locataires, agences, franchiseurs, formateurs, ni même … législateurs. Chacun son boulot, chacun chez soi et les cochons seront bien gardés !

 

Avec environ 3000 expertises réalisées depuis … 97 ou 98, je ne sais plus … Et en dépit d’une réputation d’ « expert plutôt sympa » auprès de mes clients, je ne me suis jamais laissé piétiner les plates-bandes, jamais je ne me suis laissé influencer quand à mes conclusions, jamais je n’ai rétrocédé un centime à qui que ce soit.

 

Finalement, tout le problème semble provenir du fait que la profession d’Expert Immobilier s’est constituée de deux branches différentes et peu compatibles entr’elles : des commerçants et des experts. Les premiers ayant la fâcheuse manie de saboter le travail des seconds.

 

Et toutes les « attestations de compétence », « certifications » et autres … ne suffiront pas à écarter les premiers qui, sortis par une porte rentrent par la fenêtre voisine, appâtés par l’odeur du « fromage » - alors que ces formalités cassent sérieusement les « choses » des seconds qui finissent par se demander sérieusement si ils vont pas leur laisser vendre leurs salades sans eux, et, au lieu d’aller inhaler de la laine de verre en équilibre sur des solives à quelques mètres au dessus du sol (ou d’un escalier !), humer des spores de moisissures diverses, au lieu de se faire doucement irradier par un appareil à fluorescence X destiné à détecter on ne sait pas trop quoi vu que des cas de saturnismes il y en a moins que des sources radioactives, avant de se faire « allumer » par l’acquéreur d’une niche à chien couverte en fibrociment, puis par un tribunal, puis par son assureur, et bien …

 

 il irait bien à la pêche à la ligne, tiens !