Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Diag immo - LDI

Amiante trop cher ?

28 Février 2013 , Rédigé par Yvan MARZOLF Publié dans #AMIANTE

Entre le manque de logements neufs et ceux qu’il faut isoler,  les derniers arrêtés Amiante n’inquiètent  pas que les victimes ou les diagnostiqueurs immobiliers. Pour preuve la circulaire 56/12 de l’Union Sociale pour l’Habitat datée du 10 janvier dernier et son enquête associée.

Avec quelque 760 organismes Hlm répartis à travers cinq fédérations, l’Union sociale pour l’habitat est l’organisation représentative du secteur Hlm. 
Pour les gestionnaires de biens, comme du reste pour un grand nombre de petites communes la législation amiante ressemble de plus en plus à un puits sans fond.

Entre les repérages à répétition à chaque fois que les autorités ont remarqué qu’il n’y avait pas que dans les flocages, calorifugeages et faux plafonds que de l’amiante avait été mis  en œuvre à foison. Entre les examens visuels avant vente, les DTA, les sondages destructifs d’avant travaux et l’examen visuel qui s’en suit quand il est fait, l’amiante n’est il pas en train de grever lourdement les autres actions prioritaires en terme de logement ?

L’année de la refonte de la norme NFX 46-020, au moment où les diagnostiqueurs attendent  toujours  des réponses du gouvernement sur la validité des diagnostics en circulation et sur la définition même de « l’immeuble collectif d’habitation », les donneurs d’ordres se posent aussi des questions. A juste titre du reste, puisque maintenant que nous ne sommes plus des « sachants », les prélèvements devraient naturellement croitre  de manière exponentielle, comme du reste les mesures d’empoussièrements depuis l’arrêté du  19 août 2011. Sans oublier évidemment la fameuse sous section 4 et ses nouvelles formations à répétition qu’il faudra bien financer, les responsables techniques sont aussi concernés.

Création d’un groupe réseau, dossier type de consultation, capitalisation des démarches, étude des coûts, des enjeux et des risques liés à l’application de la nouvelle règlementation, sans oublier la communication à destination des locataires des entreprises et des élus pour attirer l’attention, l’Union Sociale pour l’Habitat a décidé de prendre le taureau Amiante par les cornes cette année.
 
L’enquête en cours est des plus exhaustives et devrait permettre, si elle suscite des nombreux retours, de disposer d’un état des lieux réaliste de la situation au regard de l’amiante dans le parc locatif HLM français.

Amiante, plomb, radon et dès demain la qualité de l’air et le manque de savoir faire en matière de ventilation, les études pour valider qu’un bloc de béton est bien adapté à la vie des être humains coutera de plus en plus cher aux propriétaires ces prochaines années.

Le prix du laxisme et du manque de concertation, celui aussi des lacunes dans les formations. A force de dévaloriser ceux dont construire est le métier, le parc immobilier français a perdu en qualité. Alors comme toujours,  en finalité c’est aux consommateurs de payer. Sur son capital santé mais aussi sur son patrimoine financier : 22 milliards d’euros pour le seul « marché empoisonné » de l’air intérieur  selon France 5 tout récemment.
Le moment de vous rappeler que sur www.afia.pro il y a de belles opportunités ….

Sans doute le sujet des financements sera-t-il évoqué durant les conférences et les pauses dès le 21 mars prochain au colloque Energie de Colmar, où vous le savez, vous êtes tous cordialement invités.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informé des résultats qui nous serons communiqués.
Voir aussi le site de RésoA+ sur ce sujet

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article